Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Pollution médiatique et politique

    Thierry Solère vient d’affirmer à Jean Pierre Elkabbach sur CNews qu’Emmanuel Macron est de gauche. C’est assez dire que la droite dure n’aime pas le centre droit, ce qui n’est pas nouveau. Et l’animateur relève à peine. Ces petits faits sont pourtant révélateurs des pratiques habituelles de la ligne éditoriale des supposés grands médias – entendre médias des puissants -, à savoir : laisser insinuer par des « invités » des contrevérités ou des vérités partielles sans les contredire, alors que la déontologie l’exigerait. Les soutiens de Macron témoignent en effet que le candidat « inattendu » et baudruche qu’il est viennent autant de la droite, du centre que d’un PS fatigué, brouillant d’ailleurs son image que ces mêmes médias tentaient et tentent encore de promouvoir. Qu’ils s’emmêlent ainsi les pinceaux n’est pas pour me déplaire !

    On aura remarqué avec quelle verve ces médias et sondeurs ont entretenu, pendant plusieurs jours, un pseudo suspens à propos d’une éventuelle union, d’un éventuel rapprochement ou même rassemblement de ce qu’ils appellent « toute la gauche », celle-là même dont chacun sait qu’elle n’existe pas, malgré les mots et les surenchères des journalistes avec ou sans écharpe rouge, experts, politologues autoproclamés ou non, chroniqueurs et autres éditorialistes au look de bookmakers et pronostiqueurs qu’ils entretiennent dans leurs réseaux. Ainsi les relais à sons de trompes des appels des uns ou des autres à une unité qui se serait révélée de toute façon factice et rapidement dégradable… Un scénario dont chacune et chacun connaissaient l’issue, mais mis en scène pour jeter le doute chez les plus indécis, par l’utilisation de termes comme « rupture » ou « désunion » alors que n’existait aucune union, ou comme « rassemblement », destiné à donner l’ illusion d’un possible dont l’infaisabilité était inscrite dans les gênes d’organisations incompatibles par nature.

    Bref la campagne présidentielle est polluée par ces pratiques et sondages biaisés toujours survenant à propos, polluée aussi par les affaires concernant prétendantes et prétendants, polluées par des expressions comme « guerre civile » ou des appels à désobéir adressés à certains fonctionnaires, ce qui est un comble pour qui prétend gouverner.

    Cédons, pour une bonne respiration, à l’appel d’air France Insoumise qui garantit la construction d’un véritable « Avenir en Commun », sans compromissions, sans tractations, sans marchandages, mais avec la participation et la caution des citoyennes et citoyens.

    C.H

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Médias, Politique, Présidentielle