Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lilian alemagna

  • Division ? ou l'importance des mots...

    "Le vainqueur de la primaire PS et le leader de «la France insoumise» se renvoient la responsabilité de la division." édrit Lilian Alemagna dans Libération de ce matin. Illusion, ou manipulation. Il n'y a jamais eu d'union, que je sache, avant l'épisode de la présidentielle. Le déni et le mépris s'affichaient bien du côté du PS, si l'on y regarde de près. Et tout à coup, il faudrait se rallier au panache pas très blanc du nouveau choucou du PS, qui, ayant d'abord affirmé ses ...idées de gauche très gauche, se prétend désormais rassembleur, avec par exemple El Kholri, Valud Belhacem, Valls etc... et tout cela pour éviter une éventuelle hémorragie des notables libéraux pas sociaux du PS vers Macron la Baudruche ! Oubliée la fronde qui n'a pas frondé totalement, à l'assemblée nationale, si l'on se souvient bien. Donc il faut rappeler à Monsieur Alemagna, qu'en l'occurence, il ne peut y avoir division, puisqu'il n'y a jamais eu d'union, d'autant que le prétendant PS gonfle le torse en insinuant qu'il est le seul capable de faire gagner la "gauche", c'est à dire, rectifions, le PS plus le satellite incolore EELV, et, peut-être, quelques nostalgiques du PCF du genre Dartigolles...
    La France Insoumise a annoncé la couleur depuis plus d'un an et n'a pas varié. Elle n'a fat ni oeuillades ni minauderies vers qui que ce soitt mais a laissé sa porte ouverte à qui voulait entrer. Et c'est encore le cas aujourd'hui.

    C.H

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Politique, Présidentielle