Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

macron

  • Lettre ouverte à Sylvain Courage et accessoirement à l’Obs…

    Il serait tentant de vous affubler du qualificatif de “couillu” (j’ose l’écrire en toutes lettres, moi !), compte tenu de votre patronyme - on trouverait cela un peu facile, avec raison, ou presque aussi vulgaire que votre titre, mais vous n’êtes pas à une vulgarité près - et étant donné votre témérité à vous asseoir devant votre écran pour y baver des mots désobligeants contre un candidat à l’élection présidentielle, contre ses soutiens (plus nombreux que vos lecteurs semble-t-il, 487293 à ce jour face à vos seulement 359 244. exemplaires) et contre ses électeurs, qui ne sont, il est vrai, qu’un peu plus de 7 millions, excusez du peu, mais bien plus, tout de même, que vos 4 602 000. visiteurs uniques sur internet. Et nous ne parlerons pas des audiences YouTube et réseaux sociaux, ce serait vous faire trop de mal.

    Je me résous à vous écrire, bien que je ne sois pas certain que votre bave nauséeuse et visqueuse ne risque encore d’apparaître aux commissures de vos lèvres pincées par la haine qui, je crois, trahit votre désarroi de vous rendre compte que vos pratiques manipulatrices et vos exigences sans fondement ne sont pas respectées. Vous vivez dans un vieux monde, monsieur Courage, d’où s’exhalent les miasmes idéologiques et libéraux que vous, et vos pareils, n’avez cessé d’exposer et favoriser depuis des lustres. Et le faiit de vous trouver tout à coup face à une vraie Résistance excite votre colère et blesse votre orgueil de petit scribe froissé, au sein d’une rédaction toute vouée et dévouée aux désirs des actionnaires de votre feuille vieillie et incapable de se régénérer.

    Vous publiez aujourd’hui sous forme d’édito, un étron issu de vos défécations (j'ai failli dire réflexions, oups !), dont une publicité pour un parfum de Dior, judicieusement pourtant introduite au milieu des matières fécales, ne parvient pas à dissiper l’odeur.

    Je ne vais pas passer mon temps à vous torcher le cerveau, mais quand même ! Vous écrivez : « Le guide des "insoumis" s'est évanoui, abandonnant ses "gens" dans la nuit démocratique. » Ce serait pour vous un plaisir évident de voir s’évanouir cet espoir qui s’est levé, devant l’effondrement des machins que vous appeliez “partis de gouvernement”. Les « gens » ne se sentent pas abandonnés, loin de là, vous devrez vous y faire. Le mouvement politique des insoumis est désormais le plus important du pays, que vous le vouliez ou non. D’où l’on comprend votre rage. Mais, voyez-vous, les Insoumis ne sont pas orphelins d’un quelconque gourou comme vous voudriez le faire croire, Ils sont simplement insoumis, et votre hargne n’y changera rien. Ils sont d’ailleurs déjà en ordre de bataille pour les législatives. Qui l’eût cru ?

    Au cas où vous n’auriez pas compris – mais on ne comprend que quand on réfléchit – dans sa prise de position (eh oui, c’est un choix !), Jean Luc Mélenchon a respecté le mouvement des insoumis et aussi ses électeurs, en les appelant à ne pas voter Le Pen et en leur laissant démocratiquement le libre choix entre les trois options bulletin blanc, abstention, vote Macron. C’est tellement clair que vous en êtes aveuglé, au point d’en être réduit à remettre sur le comptoir vos bouillies ringardes, insipides et éculées anti Robespierre – la révolution préconisée par les Insoumis est citoyenne (via les urnes, pour votre compréhension, tant vous semblez avoir besoin d’explications) - anti règle verte (si, si, vous la moquez, pour vous la planète n’aurait aucune importance) et j’en passe.

    Votre évocation de la méthode Le Pen surfant sur les soi-disant similitudes de programme indique, une nouvelle fois, votre mépris pour 7 millions d’électrices et électeurs qui, sans votre concours, ont su choisir le programme qui leur correspond véritablement, car leur choix est le fruit de leur intelligence, de leur réflexion. Ils ont choisi, en somme, le candidat de cette France Insoumise qui ne s’en laisse pas compter. Je dis sans votre concours, car votre feuille de chou est parmi celles qui ont tellement insisté sur ces prétendues similitudes . 

    Pour le reste de vos élucubrations, je renvoie à la lecture de votre papyrus sur le net celles et ceux qui auront envie de lire la laborieuse page d’un pisse copie vulgaire aux allures peu engageantes d’un pisse froid démodé, qui radote et remâche d’éternelles contre-vérités par dépit, perdu dans les méandres d’u système qui s’effondre lentement et dont il ne perçoit pas les craquements.

    Il en est, heureusement qui ont fait et continuent à faire le choix de l’Avenir en Commun, mots qu’il vous faudrait apprendre à épeler, si vous avez le temps…

    C.H

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Coup de gueule, Politique