Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

présidentielle

  • Aiguilles et bottes de foin

    Tout le monde connaît  et comprend l’expression « chercher une aiguille dans une botte de foin ». Et pourtant, les médias de tout poil prétendent que c’est possible, grâce à leurs fameux “décryptages” comme ils disent. Décryptages qui vous embrument et vous enfument plus qu’ils n’éclairent votre lanterne (ce qui est peut-être délibéré...)

    Ainsi, voyez le fameux fouillis dans lequel ils semblent se complaire en ce qui concerne la droite et ses problèmes de clarté morale et politique… D’abord ils feignent la stupeur. Mais comment, le candidat propre sur lui, qu’ils n’osent pas dire droit dans ses bottes, parce que l’expression a déjà servie, mais presque. Puis petit à petit ils insinuent que quand même il n’y aurait pas de fumée sans feu, d’autant que les flammens semblent prendre de l’ampleur. Alors ils vont voir s’il n’y aurait pas quelques fêlures dans le « rassemblement » autour du candidat. Mais non, mais oui, ou alors, à moins que. Bon, ils sont unis, tout ça, parlent d’une seule voix, tout ça. Ça tombe bien, sauf que Monsieur Georges Fenech, sarkosyste devenu wauqieziste (ou zien?),  a cru devoir déclarer caduc le résultat de la primaire de droite. La belle union se fissurerait donc, ce que semblent  confirmer la “génération spontanée” de noms de domaine tels que Barouin 2017, Bertand 2017 bien sûr, Wauqiez 2017, et même Pécresse 2017. C’est là une belle pâtée pour les médiacrates affamés et leurs portes gamelles les sondeurs. 

    Un autre fouillis concernant les nourritures terrestres indues que les élus FN au parlement européens auraient consommé sur le dos du Parlement européen et accessoirement des citoyens européens itou ! A ce sujet néanmoins, les médias se révèlent étrangement plus sobres…  Révélateur ?

    D’un autre côté de ce bidule politique foisonnant de nouvelles et contre nouvelles, l’élection du candidat PS vendu comme un vin nouveau, au parfum enivrant et à la robe vraiment rouge. Un vin goûteux,  quoi ! Et ils brodent tous sur ce changement fabuleux, les frondeurs qui gagnent au nez et à la barbe des barbons libéraux, une alliance va pouvoir être envisagée avec le vert Jadot et le “gauchiste” Mélenchon (qualificatif dont ils l’affublaient il y a peu encore). Et de laisser espérer une prochaine naissance d’une gauche nouvelle, débarrassée des scories du quinquennat en cours d’achèvement.

    Mais attention, il existe un candidat dont la montée est irrésistible, disent les chroniqueurs émergeants, tels que Alain Duhamel, Jean Claude Dacier, Catherine Nay, Michèle Cotta, Arlette Chabot et autres François d’Orcival, talonnés par les jeunes aux dents longues comme Leparmentier, Laurent Joffrin, Ruth Elkrief, Éric Brunet, etc… La liste est longue de ces égos qui pensent briller dans le ciel médiatique mais qui, en fait, essaient de pousser leurs derniers feux. Un candidat si nouveau qui, lui aussi, subordonne tout au monde affairiste, banquier, actionnaire etc.. et qui appelle cela « Révolution » !  Bon appétit…

    Il faut bien reconnaître que quelques politiques émoustillés par la possibilité d’assure ou d’améliore leur propre avenir, se prêtent au jeu des “confidences”, mais, chut !, il ne faut pas le dire.

    catalog-cover.jpgOu comme ces “résistants” chenus du PCF qui laissent croire tout à coup à un possible rassemblement derrière le Benît Hamon nouveau, pour mieux déguster une bonne cuvée (pour eux) des législatives, au point d’habiller la une de l’Humanité Dimanche du titre du programme de la France Insoumise « Gauche un “Avenir en Commun” ? » Avec point d’interrogation ! Plagiat ou manœuvre de mauvaise foi, de mauvais goût, ou révélation des dernières munitions de la vieille garde du PCF, en retard d’au moins un train ?

    De tout ceci, il apparaît qu’il est fait peu de cas des citoyens, des électeurs, du peuple. Qu’ils ne peuvent y retrouver leur aiguille. A droite on semble vouloir oublier le résultat de la primaire. Du côté du PS, on tente (et réussit) à obliger Hamon au grand écart (comme dit Cazeneuve, assumer le quinquennat… ) en oubliant la signification du vote des électeurs de la primaire. Pour les dirigeants du PCF, il y a longtemps que Dartigolles a perfectionné la danse du ventre pour les législatives… Mais des besoins de la population du pays, de ses exigences, de ses souffrances : néant. Et ce ne sont pas les médias qui vont approfondir, trop occupés à matraquer, bidouiller, enfumer, désinformer, commenter des sondages “redressés” qui, du jour au lendemain font passer Hamon de 8% à 15 % .

     Soyons clairs, toutes ces institutions, ces acteurs, ne se préoccupent que d’eux-mêmes. Fort heureusement, quand le peuple décide d’être acteur lui-même, il retrouve mieux qu’une aiguille, il tire son épingle du jeu.  Cela donne le mouvement France Insoumise et son Programme, l’Avenir en commun, d’une autre tenue que les gargouillis de celles et ceux que nous venons de citer. L’avenir, c’est bien celui que nous sommes en train de bâtir en commun, depuis des mois et qui devra émerger, commencer au premier tour de la présidentielle, à laquelle nous sommes prêts, pour laquelle nous travaillons sans cesse, sur le terrain, sur les réseaux sociaux, dans les groupes d’appui. C’est là le seul engagement  susceptible de mener à une juste victoire du peuple sur ce vieux monde qui s’étouffe tout seul.

    C.H.

     

     

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Point de vue