Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

udi

  • Pataquès et ridicule à Droite

    Voyez comme ils sont beaux les gens de droites, comme elles sont hypocrites ces personnes agitées et soucieuses seulement de leur propres ambitions personnelles ! Votre avis, vos besoins, vos attentes, citoyennes et citoyens de ce pays, ils n’y pensent même pas. Ils dansent le ballet entre eux, un pas en avant, deux pas en arrière, ou l’inverse et rira bien qui rira le dernier, spectacle à la fois navrant, méprisant, méprisable et pathétique. Les clowns tristes ont bien plus de charme et d’entregent que ces pâles masques de carnaval qui prétendent au rang d’élite.

    Sarkozistes et Juppéistes, face à un Fillon défait, tentent des manœuvres de diversion, de déstabilisation pour en finir avec ce candidat pourtant désigné par une primaire. Défections, retraits se multiplient, l’UDI se met frileusement à l’abri, en attendant un supposé dénouement proche. Et les médias, en boucle, brodent, glosent, s’interrogent, expertisent, débattent à s’en assécher le gosier n’apercevant presque même  pas , pendant ce temps, qu'un espagnol, une allemande, un italien et un français, tous les quatre à bout de souffle politique, engagent néanmoins l’Europe sur des chemins guerriers à peine déguisés, comme le dénonce Jean Luc Mélenchon, lors d’une conférence de presse ignorée par eux.

    Puis soudainement, après un beau dimanche pluvieux où étouffaient, selon un micro indiscret, « deux cent mille » gogos cachés derrière leurs drapeaux sur une place qui ne compte que trente mille places, avec sur l’estrade, au côté du saint leader, un Barouin, pourtant désigné officieusement comme éventuel successeur au cas où, se pavane avec un sourire mouillé et auto satisfait, soudainement, dis-je, tout le monde se rallie au panache plus très blanc d’un Fillon qui se veut carnassier et accrocheur. Les uns après les autres reviennent demander l’absolution au pasteur, en remâchant leur ressentiment et leur gêne, sauf quelques irréductibles qui comptent pour du beurre désormais.

    Voilà, citoyennes et citoyens, le pauvre spectacle que sont capables de vous offrir des pantins complètement hors champ quant à vos préoccupations premières, dans un décor et une mise en scène fournis par des médias et sondeurs en carton-pâte, menteurs et manipulateurs.

    Il ne faudra pas se tromper le 23 avril. Des loups et des renards avides sévissent également ailleurs, du côté du fascisme et du racisme, du côté de l’ultra libéralisme et des banques, du côté rose délavé d’une sociale démocratie moribonde. Il faudra choisir ce qui vient du peuple et non ce qui l’asservit. « L’Avenir en Commun » par insoumission à cette braderie toxique, cette campagne présidentielle indigne.

    C.H

    0 commentaire Lien permanent Catégories : Politique, Présidentielle